La lettre d'information de Education France5 consacre un dossier sur cet auteur d'albums pour enfants que nous adorons dont voici un extrait...vous comprendrez pourquoi je fais ce copié/collé :

broutilledepontiBroutille : un livre dans un livre


Broutille est un petit livre de Claude Ponti, paru en 1991 à l’Ecole des loisirs, moins connu que ses séries d’albums. C’est un texte illustré, que l’on peut qualifier de "première lecture".

Broutille est une poupée née de l’amour que lui porte une petite fille, Adèle, par la magie d’une nuit particulière, la Nuit de l’Enfant-Lune. La poupée apparaît sur les toits de Paris où l’attend un ami, Abigael, un pot de fleur sauvage qui l’accompagnera tout au long du récit. Ils vont faire ensemble leur premiers pas de lecteurs, parcours au bout duquel ils s’épanouiront : Broutille sera apte à rencontrer Adèle, et Abigael à fleurir...

Cette "première lecture" est une véritable célébration du livre. Tantôt inventés ou lus, les récits dans le récit s’y succèdent : l’histoire du livre qui a envie de se faire lire, celle du cornichon qui veut découvrir le monde, le conte étiologique de l’Enfant-Lune… On rencontre même "Grimm" qui narre le cycle de l’eau !

Juste après la rencontre de Broutille et Abigael, une scène étrange survient : passent dans le ciel nocturne de Paris les "choses qui font la vie". Spontanément, Broutille les attrape une à une, en commençant par l’arbre, symbole des plus riches et que l’on sait primordial pour Claude Ponti.

Broutille, comme pour venir contrecarrer le sens réducteur de son prénom, est en train de répertorier le monde dans un livre*. Avec son ami, ils se fabriquent un imagier : une page recouvre une représentation associée d’un nom. Ils s’attaquent distraitement à la grande problématique platonicienne du signifiant et du signifié : quel rapport le nom entretient-il avec la réalité ? Est-il arbitraire, naturel, culturel ?

Tous deux effectuent également un travail d’archivage colossal, par une opération mystérieuse où tout objet en trois dimensions vient s’aplanir en douceur sur les pages du livre. Broutille pourra alors légitimement s’écrier un peu plus loin : "Moi aussi, j’ai sauvé le monde. Je l’ai mis dans mon Grand Livre du Monde."

Bien entendu, cet effet de mise en abîme d’un livre dans un livre éveille le lecteur au pouvoir du livre, gardien du passé et de l’humanité.

* "Devant eux, passent toutes sortes de choses dans le ciel. Ce sont les choses qui font la vie. Broutille attrape un arbre et beaucoup d'autres trésors. A chacun Abigael donne un nom. Broutille les colle, un à un, sur les pages d'un grand cahier rouge. Elle dit : C'est mon Grand Livre du Monde."  (Broutille, pp 12-15)